.

L'allaitement est-il fatiguant ?

L'allaitement est-il fatiguant ?

Maman BéBé Nature nov. 22, 2019 Alimentation 0Commentaires

Le lait maternel est l'alimentation la plus adaptée pour les nouveaux-nés, c'est un fait ! C'est pour cette raison que l'OMS recommande un allaitement exclusif pendant 6 mois, puis de prolonger l'allaitement au moins jusqu'aux 2 ans de l'enfant. Comme nous le savons tous, le lait maternel nourrit et hydrate les enfants. Par ailleurs il est riche en organismes vivants qui protègent le bébé. Hélas, il y a un cliché qui colle à l'allaitement et lui fait bien du tort : Il fatiguerait les mamans !

En 1998, une étude s'est penchée sur la question, et est catégorique. Les mères allaitantes ne sont pas plus fatiguées que les mères non allaitantes. Par ailleurs, l'arrêt de l'allaitement ne s'accompagne pas d'une diminution de la fatigue de la mère.

Pourquoi une jeune maman est-elle fatiguée ?

Plus que l'allaitement, il semble que ce soit plutôt l'accouchement, les réveils nocturnes et notre mode de vie qui soit responsable de la fatigue des jeunes mères. La pression de la société est telle qu'une jeune mère se doit d'être présentable, de retrouver la ligne, de tenir sa maison tout en s'occupant de son nouveau-né ! Tout cela, on le répète, après un accouchement ! Cela implique souvent de l'anémie, une plaie en cours de cicatrisation et une chute d'hormones pas des plus évidentes à gérer... Il est donc parfaitement normal qu'une jeune mère soit exténuée !

Dans les sociétés traditionnelles, une femme qui vient d'accoucher ne fait que s'occuper de son bébé. Et quand bébé dort, elle se repose et ainsi récupère plus rapidement. D'autres femmes (souvent la grand-mère) se chargent de l'intendance de la maison, ménage, lessives, repas, pendant quelques semaines.

Pourquoi pense t-on que l'allaitement fatigue ?

Plusieurs faits peuvent être à l'origine de cette idée reçue.

Le premier est que la durée de l'allaitement en France n'excède pas quelques semaines, ce qui le fait coïncider avec les périodes de plus grande fatigue d'une jeune mère.

Le second, est que l'ocytocine, une des hormones principales de la lactation, provoque souvent un état de somnolence. Mais cette somnolence ne fatigue pas, au contraire, elle permet au corps de se relâcher et de se reposer.

Enfin, on constate que certaines mères ne mangent pas suffisamment. Que ce soit par manque de temps, oubli de soi ou dans l'idée de perdre du poids, un certain nombre de jeunes mamans sautent régulièrement des repas. Or les mères qui allaitent ont besoin en moyenne de 500 calories de plus qu'habituellement. Si elles ne mangent pas suffisamment, elles brûlent plus de calories qu'elles n'en consomment, il est donc normal qu'elles se sentent fatiguées.

Comment être moins fatiguée à la naissance de notre enfant ?

D'abord, assurez-vous de manger suffisamment et évitez de sauter des repas, c'est primordial pour votre santé.

Aujourd'hui, la majorité des grands-mères travaillent, et n'assurent plus le rôle d'intendance le temps de la convalescence de la jeune mère. Mais les hommes bénéficient aujourd'hui d'un congés paternité ! On entend souvent qu'il permet de profiter de son nouveau-né, mais il permet surtout d'accompagner la maman dans sa convalescence en la soulageant de certaines tâches. Certes, il est très court en France. Mais rien n'empêche de le coupler avec quelques jours de congés payées. En soulageant la jeune mère des tâches ménagères, elle peut plus se reposer et récupérer ainsi plus rapidement.

Le partage des tâches et l'allaitement

Cela va sans doute vous surprendre, mais pour un allaitement réussi et sans fatigue, papa n'a pas forcément à se lever la nuit ! Attention, on verra plus loin qu'il n'est pas forcément excusé systématiquement de réveil nocturne, mais pour un bon partage des tâches, c'est la maman qui se lèvera en priorité.

En effet, si votre enfant a faim la nuit et qu'il est allaité, le papa ne pourra rien pour lui ! Par ailleurs, une jeune maman qui allaite a un sommeil bien plus réparateur qu'une maman qui n'allaite pas ou qu'un homme ! La nature est bien faite, la hausse du taux de prolactine, augmente la durée du sommeil paradoxal. Ainsi, une maman allaitante bénéficie d'un cycle de sommeil modifié afin de mieux s'adapter au rythme haché d'un bébé. Et puis, on ne va se mentir, c'est quand même plus facile de n'avoir qu'à donner le sein, plutôt que de devoir préparer un biberon en pleine nuit !!!

Alors bien évidement, les jeunes mamans sont souvent épuisées, mais les papas (surtout s'ils ont bien dormi !) peuvent les soulager en préparant le repas, faisant le ménage, donnant le bain ou en promenant leur bébé quand il a le ventre plein ! Ainsi les mamans peuvent se reposer également.

Comme indiqué plus haut, si le papa n'a pas forcément à se lever la nuit, cela ne signifie pas pour autant que la mère doit assumer seule les nuits chaotiques. Il y a tout un tas d'autres raisons qui peuvent pousser un enfant à pleurer la nuit : Une couche sale, les poussées dentaires, un nez bouché ou de l'angoisse etc. On conseille donc à la maman d'assumer le premier lever, de changer la couche si besoin et de proposer le sein à l'enfant. Assez vite, vous saurez reconnaître les tétées nutritives et les tétées câlins. Si bébé ne fait que pleurer mais que vous constatez qu'il ne se nourrit plus, vous pouvez réveiller le papa et aller dormir un peu dans une autre pièce. En effet, s'il ne peut pas nourrir l'enfant, le papa est tout aussi capable que vous de le rassurer, le câliner et de lui apporter le réconfort dont il a besoin.

Partage des tâches bébé

L'arrivée d'un enfant est souvent éreintante, en particulier pour les mères. Mais avec une meilleure répartition des tâches et une alimentation adaptée, une maman allaitante sera même moins fatiguée qu'une maman qui n'allaite pas.

Allaiter fatiguant

Répondre

*
**Non publié
*URL contenant http://
*